Imprimer
Réduire la taille du texte
Aggrandir la taille du texte

Visages de la libération. Provence, 1940-1945
Exposition
Groupe Marat - Musée d’histoire Jean-Garcin
8 mai au 29 juin 2015, Fontaine-de-Vaucluse

Histoire et temps présent

Les maux qui ont provoqué les tragédies de la Seconde Guerre mondiale sont encore présents aujourd’hui. L’exposition a été construite en ayant à l’esprit nos interrogations actuelles, tout en étant attentif aux anachronismes.

 « Les étrangers ne doivent pas oublier que la qualité de Français se mérite. » Cette réflexion qu’il arrive d’entendre aujourd’hui a déjà été prononcée, mot pour mot, par un ministre de la justice du gouvernement de Vichy. Il n’est pas inutile de rappeler quelles purent être les conséquences d’un tel discours alors que les autorités françaises de ce temps-là collaboraient avec un État qui proclamait l’inégalité des races.

Un récit à plusieurs voix

Faisant face au nazisme victorieux, des hommes et des femmes ont refusé une fatalité qui semblait alors inéluctable. À un moment de leur vie, ils ont engagé leur existence alors que le monde traversait l’une des périodes les plus abominables de son histoire. Notre parti-pris a été de faire d’eux les narrateurs de cette exposition.

La Résistance provençale fut une résistance de Provençaux, mais aussi d’immigrés, de réfugiés qui avaient fui le nazisme, d’étrangers que le régime de Vichy assimilait aux forces de l’anti-France.

La France libre naquit à Londres mais c’était « dans les vastes étendues de l’Afrique, qu’elle pouvait se refaire une armée et une souveraineté » écrivait le général de Gaulle. Ce fut sur ce continent et dans l’ensemble de l’Empire colonial français que se constitua l’armée française de la libération.

Un héritage mémoriel commun

La libération de l’Europe fut le résultat d’une alliance et d’une solidarité unique entre des peuples de tous les continents. L’exposition réunit des mémoires plurielles, conflictuelles aussi. Une connaissance mutuelle peut découler de leur confrontation, offrant ainsi à partager un héritage mémoriel commun à une très grande majorité de Français, quelles que soient leurs origines.


Août 1944 - Marianne, allégorie de la République, rentre à la mairie de Carpentras. Crédit : Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras

Visages de la libération. Provence, 1940-1945
Du 8 mai au 29 juin 2015
Musée d’Histoire Jean Garcin
Chemin du gouffre - 84800 Fontaine-de-Vaucluse
tel 04 90 20 24 00 
mail musee-appel-liberte@cg84.fr

Ouvert tous les jours, samedi & dimanche compris. Fermé le mardi. en mai : 10h/12h - 14h/18h – en juin : 10h/18h

Une exposition du groupe Marat
contacts : Tel 06 14 44 32 41
mail : info.marat@sfr.fr
www.groupemarat.com










 

 

 


Mise à jour : jeudi 16 mai 2019
| Mentions légales | Plan du site |> RSS 2.0