Imprimer
Réduire la taille du texte
Aggrandir la taille du texte

100 portraits de l’exil, la quête d’identité des réfugiés arméniens
Exposition - Biennale HMIT
ARAM - Musée d'Histoire de Marseille
Jusqu'au 27 septembre 2015, Marseille


Intitulée 100 portraits de l’exil, la quête d’identité des réfugiés arméniens, cette exposition est une coproduction Mairie de Marseille / Association ARAM / Musée d’Histoire de Marseille réalisée dans le cadre des commémorations du centenaire du génocide des Arméniens de 1915.

Jusqu’au 27 septembre 2015 au Musée d’Histoire de Marseille.

Marseille a connu au début des années 1920 une arrivée massive de rescapés arméniens. D’abord hébergés dans des camps de transit, ils vont peu à peu se reconstruire et s’intégrer en s’appuyant sur une solidarité communautaire très forte, au travers d’associations notamment.

L’exposition mettra en avant 100 portraits de survivants, photographiés à leur arrivée à Marseille entre 1922 et 1926 et suivra le parcours spécifique de trois d’entre eux, depuis l’arrachement à la terre natale jusqu’à l’obtention d’un statut de résident étranger.


100 portraits de l’exil, la quête d’identité des réfugiés arméniens

Jusqu’au 27 septembre
au Musée d’Histoire de Marseille
Centre Bourse - 2, rue Henri Barbusse - 13001 Marseille

Les photographies ont été prises dans le but de délivrer des certificats de naissance et de baptême aux réfugiés, afin d’attester leur identité, première étape d’un long processus de reconstruction. Elles proviennent des registres de la Prélature des Arméniens du Sud de la France, conservés dans le fonds documentaire de l’association ARAM. 

L’obtention de papiers d’identité était pour les rescapés une étape importante de leur parcours. Les certificats, auxquels étaient épinglées les photographies, étaient rédigés en français et utilisés comme fiches d’état civil provisoire.

Pouvoir prononcer son nom à haute voix au fonctionnaire prouve que l’on est bien survivant et né physiquement quelque part, loin de la France, ailleurs. Cet ailleurs c’est bien sûr le pays natal, l’Anatolie, cette terre où tout a commencé. Les portraits présentant ceux qui y sont nés et qui, durant toute leur vie, n’ont eu de cesse de penser à cette terre d’enfance.

Cette exposition sera proposée dans la séquence 13 du parcours permanent du musée, sur des écrans multimédia. Les images seront complétées par la présentation de documents originaux dans des vitrines.










 

 

 


Mise à jour : mardi 16 avril 2019
| Mentions légales | Plan du site |> RSS 2.0