Imprimer
Réduire la taille du texte
Aggrandir la taille du texte


Actualiser et diffuser des actions

Si vous souhaitez rejoindre le Réseau HMIT Paca et/ou faire connaître et diffuser une nouvelle manifestation, il suffit de renseigner [le formulaire en ligne->http://www.rhmit-paca.fr/Info].

ACT sur Facebook
Le Réseau et la biennale sur Facebook

 



rhmit@approches.fr

Cher-e-s ami-e-s et partenaires du Réseau H.M.I.T

« Les poètes déclarent qu’aucun réfugié, chercheur d’asile, migrant sous une nécessité, éjecté volontaire, aucun déplacé poétique, ne saurait apparaître dans un lieu de ce monde sans qu’il n’ait non pas un visage mais tous les visages, non pas un cœur mais tous les cœurs, non pas une âme mais toutes les âmes. Qu’il incarne dès lors l’Histoire de toutes nos histoires et devient par ce fait-même un symbole absolu de l’humaine dignité. » (Extrait de l’ouvrage Frères Migrants, Patrick Chamoiseau, 2017)

Après la vague orange citoyenne orange qu’a connu Marseille et la France pour dénoncer la situation du navire humanitaire l’Aquarius, nous souhaitions partager avec vous cette citation qui nous paraît aujourd’hui plus que jamais nécessaire pour faire société et continuer à œuvrer pour la dignité de tous à travers les multiples synergies dont nous sommes porteurs.

Belles découvertes à toutes et tous,

J-15 avant l’ouverture de la Biennale !

Pendant les trois prochains mois, la 4e Biennale du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires découvrira plus d’une centaine d’événements à travers toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Conférences, spectacles, ateliers, balades, colloques, expositions, projections de films etc. Le programme s’annonce d’une grande richesse. Autant d’occasions de découvrir la diversité des acteurs régionaux, associatifs ou publics, leur dynamisme et leur engagement sur les questions fondamentales que sont l’histoire des immigrations et des territoires de notre région.

Nul doute que chacune et chacun y trouvera des occasions de se plonger dans un pan de l’histoire, de réveiller ses propres mémoires, de (re)découvrir son patrimoine et de repenser sa citoyenneté.

Découvrez le programme !

Cher-e-s ami-e-s et partenaires du Réseau H.M.I.T

Alors qu’une canicule intense et généralisée continue de faire son chemin, vous pourrez trouver refuge au musée d’histoire de Marseille pour découvrir l’exposition : « DERRIÈRE LA BOURSE, ARCHÉOLOGIE D’UN QUARTIER : 1860-2017 » jusqu’au 30 septembre 2018.

Vous découvrirez aussi que la rentrée scolaire s’annonce riche de sens sur les questions d’Histoire et de Mémoire des territoires avec des balades patrimoniales, des rencontres, des journées d’études qui nous permettent à chaque fois d’explorer de nouvelles facettes « du tout monde » en devenir.

Alors profitons des derniers jours de vacances et bon retour à ceux qui ont déjà repris la route du travail !

Bon mois de découvertes à toutes et tous !

 

Cher-e-s ami-e-s et partenaires du Réseau H.M.I.T

Nous voilà déjà avec une rentrée scolaire très riche de sens sur les questions d’Histoire et de Mémoire des territoires avec des balades patrimoniales, des rencontres, des journées d’études qui nous permettent à chaque fois d’explorer de nouvelles facettes « du tout monde » en devenir.

Alors profitons des derniers jours de douceur de Septembre et bon mois de découvertes à toutes et tous !

En ce mois de Novembre, découvrez de nouvelles rencontres autour des questions d’émancipation, d’histoire et de mémoires des immigrations.

Nous vous informons que le Comité Mam’Ega qui œuvre pour une société plus inclusive dans les quartiers populaires de Marseille depuis 30 ans rencontre des difficultés financières comme bon nombre d’associations compte tenu de la diminution drastique des financements publiques.

Pour permettre au Comité Mam’Ega de pouvoir poursuivre ses actions, ils ont besoin de notre soutien financier. 

Vous trouverez toutes les informations sur cette page : https://fr.ulule.com/vivre-ensemble-barthelemy/

 

Belles découvertes à tous.

Chèr.e.s ami.e.s,

L’équipe d’ACT a une grande nouvelle à vous annoncer !

Depuis peu, nous coordonnons un projet européen d’échanges de pratiques au sein d’un réseau de plusieurs acteurs associatifs inscrits dans des mouvements socio-pédagogiques reconnus internationalement.

C’est dans ce contexte que l’équipe d’ACT organise en décembre la première rencontre transnationale entre des acteurs Belges, Luxembourgeois et Italiens avec lesquels nous allons construire de nouvelles pratiques émancipatrices et solidaires sur les questions de discrimination.

Nous vous laissons le soin de découvrir ce projet, ses perspectives, ses désirs et ses promesses et nous faire part de vos propositions.

Belles découvertes à toutes et tous,

Chèr.e.s ami.e.s

C’est avec cet extrait de Patrick Chamoiseau tiré de son ouvrage Frères Migrants que nous vous souhaitons tous nos vœux de paix, de liberté et d’engagement solidaire.

« Les poètes déclarent qu’aller-venir et dévirer de par les rives du monde sont un Droit poétique, c’est-à-dire : une décence qui s’élève de tous les Droits connus visant à protéger le plus précieux de nos humanités ; qu’aller-venir et dévirer sont un hommage offert à ceux vers qui l’on va, à ceux chez qui l’on passe, et que c’est une célébration de l’histoire humaine que d’honorer la terre entière de ses élans et de ses rêves. Chacun peut décider de vivre cette célébration. Chacun peut se voir un jour acculé à la vivre ou bien à la revivre. Et chacun, dans sa force d’agir, sa puissance d’exister, se doit d’en prendre le plus grand soin ».

Belles découvertes à vous et continuons de marquer notre présence au monde autre-ment.

Chèr.es ami.es, 

 En ce mois de Février, le Réseau Histoire Mémoire des Immigrations et des Territoires souhaite partager avec vous le communiqué d’Africultures et leur réaffirmer notre soutien !

"Il y a un an tombait le couperet : Africultures, en cessation de paiement, était sur le point de s’éteindre. Trop de coupes dans les subventions, trop peu de marge de manœuvre pour conserver des emplois qui n’étaient plus aidés. Parmi nos lecteurs/rices, peu voulaient le croire. Vingt ans de réflexions, de recherches, de documentation de fond sur les cultures africaines et afro-diasporiques ; des milliers d’articles comblant un angle mort du paysage médiatique francophone ; une pluralité de regards, tous au service d’un projet éditorial hors du commun, mettant l’Afrique au cœur du divers, la Relation au cœur du monde. C’est toute cette histoire qui risquait de sombrer. L’équipe d’Africultures s’est alors réunie autour d’une question douloureuse : fallait-il abandonner ? Les dettes nous plombaient, nous étions fatigués. Serions-nous assez forts, assez soudés, assez disponibles, assez optimistes, pour affronter de longs mois de remise en route de l’association, sans moyens financiers, sans employés, sans solution financière miracle ? Était-il possible, pensable, souhaitable, d’imaginer une suite dans un contexte aussi défavorable ? Le soubresaut a été unanime : laisser disparaître les contenus, articles, base de données, fruits de deux décennies de travail ? Déchirant. Perdre notre nom, notre site, notre revue, laisser s’effacer toutes nos traces ? Impossible ! Ce qui nous a réuni, par-delà nos visions, nos générations, notre proximité plus ou moins grande avec l’association dans les temps précédents, c’est cet impensable de la perte, ce refus obstiné de lâcher ce qui avait fondé tant d’année de nos vies, ce que nous voulions continuer à défendre, tournés vers l’avenir mais ancrés dans notre passé et dans l’expérience de ceux qui nous avaient précédés. [Nous avons lancé un appel et été soutenus par une centaine d’intellectuels et artistes de renom->http://africultures.com/soutiennent-africultures-parlent/], ainsi que par près de deux mille lecteurs et lectrices fidèles. Des journalistes, universitaires et activistes ont proposé de continuer bénévolement à alimenter de leur plume le site Internet. De nouvelles forces vives ont proposé d’intégrer le Conseil d’administration pour nous aider à redresser la structure. Les ancien(ne)s salarié(e)s ont fait savoir qu’ils ne lâcheraient pas Africultures. C’est à ce moment qu’est née l’idée d’un numéro spécial, qui aurait pu être un manifeste, le dernier cri que nous voulions pousser avant de nous retirer. Nous avons fait un autre choix. Le choix d’un hors-série, c’est-à-dire d’un numéro s’inscrivant dans une série pas encore achevée. Un jalon, un temps fort, dans un moment particulier de notre histoire. Pas un au revoir, mais au contraire une affirmation que nous sommes toujours là, malgré les croches-pieds financiers, par-delà la tendance globale au repli identitaire. Envers et contre tout ? Non. Grâce à et avec vous. Car ce numéro ne saurait voir vu le jour sans votre mobilisation et vos pré-achats. Il n’aurait pas non plus été possible sans l’engagement 100 % bénévole non seulement des contributeurs/rices, mais aussi de l’équipe de coordination et des graphistes, qui nous livrent un très bel objet, dont la forme accompagne intelligemment le fond.

Merci à tou(te)s, et qu’on se le dise : Africultures est vivante ! »

Ami.e.s et partenaires du Réseau HMIT,

Bonjour,

« L’identité n’est pas essentielle, nous sommes tous des passants...le projet de l’en-commun fait place au passant. Le passant renvoie en dernière instance à ce qui constitue notre condition commune, celle de mortel, en route vers un avenir par définition ouvert. Etre de passage, c’est cela finalement la condition humaine terrestre. Assurer, organiser et gouverner le passage et non instruire de nouvelles fermetures, telle est à mon sens la tâche de la démocratie à l’ère planétaire » ( https://www.lemonde.fr/idees/article/2017/01/24/nuit-des-idees-achille-mbembe-l-identite-n-est-pas-essentielle_5068460_3232.html )

Cette citation de l’historien et philosophe Achille Membe nous permet d’ouvrir un mois de manifestations et de réflexions autour des discriminations liées à l’origine. Un ensemble d’acteurs associatifs marseillais sera mobilisé du 18 au 24 Mars 2019 lors d’une semaine particulièrement dense et offrant de nouvelles manières de poser la question du racisme et des discriminations.

Ce sera l’occasion de croiser différentes approches scientifiques, pédagogiques et artistiques.

Nous vous laissons le soin de découvrir ce programme ainsi que les autres actualités qui promettent de belles découvertes.

Belles rencontres à toutes et tous,




Mise à jour : vendredi 15 mars 2019
| Mentions légales | Plan du site |> RSS 2.0